Programme JE Cultural Analytics et pratiques patrimoniales

3 et 4 octobre 2016

Responsabilité scientifique : Clarisse Bardiot et Nicolas Thély

Manifestation organisée dans le cadre du programme émergent de la MESHS, en collaboration avec DeVisu (UVHC), Arts : pratiques et poétiques (Rennes 2), Humanistica, MSH-B, le Louvre-Lens et l’IRCICA.

Le programme de recherche DORRA-DH a pour objectif la création d’un réseau de chercheurs en art et design dans le champ des humanités numériques à partir de l’étude et de la création d’outils spécifiquement conçus en ALL-SHS. Les premières actions du programme ont consisté d’une part à créer le groupe de travail Arts+Design+Humanités Numériques au sein de l’association Humanistica, d’autre part à organiser un atelier-formation au logiciel Rekall. Le programme de recherche a également donné lieu à une enquête de terrain au Canada et aux Etats-Unis portant sur les outils et les logiciels développés dans les contextes artistique et culturel.

Les journées du 3 et 4 octobre viennent clore le programme de recherche. La première journée sera consacrée à l’organisation d’ateliers sur les interfaces numériques développées par le Louvre-Lens et à l’IRCICA (3D, réalité virtuelle, salle immersive). La seconde journée mettra en perspective le programme Cultural Analytics initié par Lev Manovich en 2007 à partir d’études critiques et de présentations d’outils et de dispositifs conçus et développés par des artistes, des designers, des chercheurs et des ingénieurs.

3 octobre – Workshop

Musées numériques : médiation et conservation des œuvres

9h30-12h00

Dessin numérique et esquisse. Avec Laurent Grisoni, Professeur de Science informatique, Université Lille 1 (coordination Clarisse Bardiot).

Lieu : IRCICA

14h30-17h30

Les dispositifs in situ du Louvre-Lens. Avec Guilaine Legeay, chargée de conception multimédia au Louvre-Lens (coordination Nicolas Thély et Marie Rousseau).

Lieu : le Louvre-Lens

Inscription obligatoire – nombre de place limitées

4 octobre – Journée d’études

Culture Analytics et pratiques patrimoniales

 

9h30

Introduction à la journée

Martine Benoit, directrice de la MESHS

Clarisse Bardiot et Nicolas Thély

10h

Design, expérientialité du livre et humanités numériques

Renée Bourassa, professeure titulaire à l’École de design de l’Université Laval (Québec)

Cette communication veut exposer un projet de recherche en démarrage portant sur le livre que les pratiques innovantes du design numérique reconfigurent, en le situant dans le vaste champ interdisciplinaire des humanités numériques. Le concept de livre fédère un ensemble de pratiques créatives qui en multiplient les configurations potentielles. Par un retour à sa matérialité, que promeut une approche de design située au cœur des humanités numériques, le livre déploie ses affordances en territoire numérique selon diverses propositions actuelles : livres augmentés, dispositifs web ou installations médiatiques. En étant attentifs à son contenu et à sa mise en forme, tout comme à son histoire et à son devenir, ce sont nos rapports à la forme et à la figure du livre qui sont interrogés. Ce projet exemplifie les approches de deuxième génération des humanités numériques, davantage tournées vers les aspects interprétatifs, expérientiels et émotionnels de leurs objets d’étude. D’une part, ces approches nous invitent à considérer non seulement les méthodologies quantitatives appliquées aux corpus anciens, mais également les pratiques numériques en elles-mêmes dans leurs dimensions expérientielles et performatives. D’autre part, elles interrogent les aspects transformatifs de notre relation avec les artéfacts cognitifs, à travers l’hypothèse de l’Extended Mind.

11h

Descripteurs visuels pour les culture analytics

Everardo Reyes, MCF Laboratoire Paragraphe / Université Paris 8

Les réalisations en « culture analytics » nous fournissent un cadre riche en matière de description visuelle (la notion de « description » étant en relation avec celle de « représentation » au sens informatique, tel qu’elle a été conçue par David Marr). Nous présentons et analysons ici des exemples de productions où la description s’observe à un double niveau. D’un côté, le corpus d’analyse (constitué de collections d’images) est décrit en termes de propriétés visuelles numérisées (quantification de valeurs chromatiques et de formes principalement). D’un autre côté, l’espace d’exploration est lui-même une description dans la mesure où il organise le corpus et propose des éléments interactifs (conventions d’interface graphique et innovations spéculatives).

11h45 : pause

12h

Theatre analytics

Clarisse Bardiot, MCF Laboratoire DeVisu, Université de Valenciennes

Les Culture Analytics offrent de nombreuses perspectives pour l’étude, l’analyse et la documentation des arts de la scène. A partir des méthodologies présentées et expérimentées pendant le programme Culture Analytics à UCLA, nous présenterons différentes pistes de recherches pour le spectacle vivant. Certaines sont déjà explorées par des chercheurs, à la croisée des études théâtrales, des sciences de l’information et de la communication, et de l’informatique.

14h30

Eyetracking et enregistrements des traces de l’activité : en quoi cela nous aide à comprendre l’expérience des visiteurs de musées ?

Daniel Schmitt, MCF Laboratoire DeVisu, Université de Valenciennes

Les traces enregistrées de l’activité des acteurs nourrissent de nombreuses analyses communicationnelles, comportementales, cognitives, émotionnelles, etc. L’eyetracker fait partie des ces outils de captation, mais son usage est loin d’être immédiat car l’interprétation des enregistrements soulève des questions épistémiques délicates. Moyennant quelques réserves, il est possible d’utiliser l’eyetracker comme un outil exceptionnel permettant d’accéder à l’expérience des visiteurs, à leurs « mondes intérieurs » de façon fine, précise et profonde.

15h15

Tracking Two Art Critics : 56th Venice Biennale

Nicolas Thély, PR, Laboratoire Arts : pratiques et poétiques, Université Rennes 2, directeur de la MSHB

Dans le cadre du programme de recherche MONADE (Méthodes et Outils Numériques pour la recherche en Arts et Design), le projet Tracking Two Art Critics (56th Venice Biennale) avait pour ambition de conduire une enquête de terrain à distance. Il s’agissait plus précisément de comprendre ce que « critiquer » signifie d’un point de vue pragmatique dans le cadre de l’activité de la critique d’art. Deux critiques d’art exerçant en France ont accepté de contribuer à cette recherche en portant sur eux un enregistreur de données GPS durant les journées professionnelles de la 56e biennale de Venise qui se sont déroulées du 6 au 9 mai 2015.

16h : pause

16h15

Les outils numériques pour les designers, table ronde animée par Nicolas Thély

Virginie Pringuet, Université Rennes 2,  Vers un atlas de l’art dans l’espace public : la modélisation d’un musée réticulaire ; Mei Menassel, Université de Valenciennes, les contenus numériques et la ville ; Nolween Maudet, INRIA, les outils numériques du designer ; Robin de Mourat, Université Rennes 2 et Science Po Medialab, Remixer le web de données.

18h : fin de la journée

Présentation des intervenants               

Clarisse Bardiot est maître de conférences à l’université de Valenciennes (laboratoire DeVisu) et chercheur associée à UT Dallas (ArtSciLab Experimental Publishing Initiative). En 2016, elle participe au programme « culture analytics » à UCLA. Ses travaux concernent l’histoire des digital performances, les relations arts/sciences/technologies, la documentation et la préservation des oeuvres numériques et des arts de la scène ainsi que les humanités numériques. Elle conçoit aujourd’hui un logiciel open source (Rekall) et une webapp (MemoRekall) pour l’étude du processus de création et l’annotation de captations vidéo.

Renée Bourassa est professeure titulaire à l’École de design de l’Université Laval (Canada). Membre du CRIalt et chercheure affiliée au laboratoire NT2, ses recherches récentes portent sur le design et l’expérientialité du livre en contexte numérique, les arts trompeurs et le design des personnages de synthèse, les environnements hypermédiatiques et les pratiques créatives de la culture numérique. Elle est co-éditrice, avec Bertrand Gervais, de l’ouvrage Figures de l’immersion (2014, http://oic.uqam.ca/fr/remix/figures-de- limmersion) et avec Louise Poissant de Personnage virtuel, corps performatif : effets de présence (2013) et Avatars, personnages et acteurs virtuels (2013). Elle a publié l’ouvrage Fictions hypermédiatiques : mondes fictionnels et espaces ludiques (2010) ainsi que de nombreux articles et chapitres de livres.

Robin de Mourat est doctorant en Esthétique à l’Université Rennes 2 et développeur d’interfaces au médialab de Sciences Po. Travaillant à l’intersection entre design, informatique et étude culturelle des médias numériques, ses travaux actuels portent sur les modes de publication émergents dans la recherche en SHS, et leurs implications pour les chercheurs et leurs publics en termes esthétiques, méthodologiques et épistémologiques.

Diplômée de l’École Boulle en design de produit, puis de l’UTC en User Experience Design, Nolwenn Maudet est actuellement doctorante en interaction homme-machine dans une équipe de l‘INRIA où elle travaille sur les futurs outils numériques du designer. Passionnée par les enjeux du numérique, c’est avec les outils de la recherche et du design qu’elle traite ces questions.

Après un diplôme d’architecte de l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger, et d’un master de design d’espace à l’École Supérieure d’Art et Design de Valenciennes, Mei Menassel effectue actuellement une thèse en Sciences de l’Information et de la Communication, au laboratoire DeVisu de l’Université de Valenciennes. Elle interroge la conception de contenus numériques liés à la ville et l’impact cognitif et émotionnel de ceux-ci sur les usagers afin de dégager les éléments théoriques et pratiques pour penser, connaître et assister la conception de dispositifs numériques créatifs dans l’espace urbain.

Programmatrice dans le champ des arts médiatiques et de l’art contemporain et conceptrice du projet Atlasmuseum, Virginie Pringuet est doctorante en Esthétique et Humanités numériques à l’Université Rennes 2 (École doctorale Arts, Lettres, Langues). De Montréal à Paris, en passant par Lille et Nantes, elle s’est impliquée dans de nombreux projets in situ tels que Silophone (www.silophone. net/Montréal), Nuit Blanche (Paris), Lille2004, Estuaire (Nantes-Saint- Nazaire). Elle est membre depuis 2014 de la MNACEP (Mission Nationale pour l’Art et la Création en Espace public) du Ministère de la culture et de la communication.

Everardo Reyes est Maître de conférence à l’Université Paris 8 / Lab. Paragraphe. Ses recherches portent sur les humanités numériques, les interfaces graphiques et l’art numérique. Il est membre de la Software Studies Initiative et membre du bureau de l’Association internationale de sémiotique visuelle.

Daniel Schmitt est enseignant-chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication, au laboratoire DeVisu de l’Université de Valenciennes, Lille Nord de France. Ses recherches portent sur l’expérience des visiteurs en situation écologique dans les musées et la construction de sens dans le cours de l’activité. Il a participé à de nombreux projets de musées et d’exposition en Europe, Amérique du Sud et Japon.

Nicolas Thély est professeur en arts, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2. Ses recherches portent sur l’esthétique des réseaux sociaux (web-intimité, basse définition), l’analyse des discours de la critique d’art (fin XXe-début XXIe), et les pratiques émergentes en art contemporain. Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (USR CNRS 3549)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *